Pharmaceutique & Chimique

Pendant longtemps, l'industrie pharmaceutique a évolué dans un environnement relativement stable.
Mais depuis peu, elle voit progressivement ses profits se réduire.

Les défis du secteur

Une dichotomie des marchés entre les zones matures et émergentes
En savoir plus
• Les zones matures , bien qu’elles soient encore largement majoritaires en consommation mondiale de médicaments, se caractérisent par une pression de plus en plus forte sur les marges, des marchés en croissance faible, la concentration progressive des clients (centrale d’achats, logistiques, etc.).
• Les zones émergentes vivent une forte croissance des marchés et de la demande, des contraintes règlementaires nécessitant la mise en place de joint-ventures ou de productions locales, et la mise en œuvre de nouveaux modes de distribution.
La mondialisation des capacités de production comme réponse aux enjeux de ces deux types de marchés
En savoir plus
• Depuis de nombreuses années, l’industrie pharmaceutique était très concentrée dans les régions les plus industrialisées(USA, Europe, Japon), profitant d’un contexte de recherche favorable avec des institutions publiques et privées. Mais aujourd’hui, cette industrie n’est plus l’apanage des pays riches, et les unités de production ont tendance à être progressivement délocalisées.
• La Chine, l’Inde, le Brésil ou encore le Mexique se sont mis à produire des médicaments, d’abord via l’implantation de multinationales occidentales mais aussi à développer leurs propres capacités de recherche. Cette situation impacte les outils industriels et logistiques, ainsi que les flux des supply chain mondiales des entreprises du médicament.
Une pression accrue sur les prix de vente
En savoir plus
L’intensification de la concurrence (notamment pour les médicaments génériques et OTC) et la pression économique exercée par les états des pays matures (rationalisation des systèmes de santé publics, déremboursements, appels d’offres) pour la pharmacie.
• Alors que la chimie de spécialité conserve des marges appréciables, les commodités subissent la concurrence directe de la Chine et de l’Inde.
Des investissements R&D et Marketing en pleine inflation
En savoir plus
• Les budgets de R&D augmentent afin de développer de nouvelles molécules, ainsi que de nouvelles techniques de plus en plus pointues.
• L’orientation de la stratégie vers le « Mass Market » nécessite d’accélérer et de sécuriser l’accès au marché, et engendre une inflation des budgets de promotion.. Dès lors, la stratégie promotionnelle des grands groupes pharma. tend à se redéployer autour de 2 objectifs prioritaires : privilégier une approche ROIste des investissements promotionnels et nouer une relation directe avec le patient.
La complexification de la supply chain se matérialise par un nombre de ruptures de plus en plus élevé
En savoir plus
Le nombre de signalements de rupture de stock à l’ANSM a explosé, avec environ 2500 signalements en 2020, soit six fois plus qu’en 2016. Si la méthode de signalement qui a été changée explique en partie cette hausse, l’autre partie est-elle bien causée par des pénuries. Ces ruptures sont causées notamment par :
•Les marchés qui se mondialisent, avec notamment des distorsions sur les prix de vente entre les différents pays.
La production des médicaments qui se complexifie.
• Le renforcement des contraintes règlementaires dans le monde.
La distribution pharmaceutique au service de la disponibilité produit
En savoir plus
Les acteurs logistiques et de distribution sont donc en première ligne pour trouver les réponses aux attentes propres au secteur, en termes de :
Coûts: intégrer l’inflation des prix suivant les marchés, tout en restant compétitifs
Délai : garantir la mise à disposition rapide voire urgente de produits parfois vitaux, en déployant des moyens logistiques adaptés, tout en maîtrisant le risque d’obsolescence
Qualité de service : respecter les conditions de transport et stockage inhérentes aux produits distribués.
Les populations de plus en plus sensibles au développement durable
En savoir plus
Les consommateurs se sentent de plus en plus concernés par les enjeux environnementaux. C’est une donnée qui entre progressivement en compte dans les choix et orientations des entreprises pharmaceutiques, à plusieurs niveaux : dans leurs stratégies marketing pour capter de nouveaux consommateurs ou répondre à leur besoin de transparence, dans leurs stratégies de sourcing, de distribution pour chercher un gain à la fois économique et écologique.
Digitalisation : un train de retard par rapport aux autres secteurs
En savoir plus
En 2020, une étude menée par Atawao estime que le niveau de maturité digitale du secteur pharmaceutique était faible (<50%), notamment du fait du manque de compréhension des enjeux et de la culture digitale.

Pour continuer d'attirer, d'être compétitif, le secteur pharmaceutique et chimique a donc encore beaucoup à faire pour se saisir des enjeux de digitalisation et ainsi non seulement rattraper son retard, mais éventuellement aller plus loin en cherchant le coup d’avance qui lui donnera de précieux avantages concurrentiels.

Vos problématiques et nos solutions

  • La tendance est de se différencier en passant d’une offre produit à une offre de services :

      • Adaptation de l’offre aux segments de clients selon leurs profils, leurs comportements, et proposition de niveaux de services différenciés (modalités de commande (web..), suivi de la commande, informations sur les produits, alertes en cas d’aléas, mono-lot, fréquence/horaires de livraison…).
      • Rationalisation du portefeuille produit par typologie de marchés (mâture/ émergent) et de clients (hôpitaux, officines..)
      • Définition de la stratégie de distribution avec l’offre de services (distribution en flux directs ou indirects, internalisée ou externalisée) afin de rechercher l’optimum entre coûts de distribution et proximité client.
    • Prévoir des ventes collaboratives avec les marchés et/ou partenaires distributeurs
    • Intégrer des appels d’offres dans les  prévisions statistiques sur produits matures
    • Adapter une gestion différenciée des prévisions pour les promotions, lancement / fin de vie, « switch » produits
    • Mettre en place le VMI (Vendor Managed Inventory) entre les usines et marchés, avec certains clients  tiers  et distributeurs
  • Beaucoup de moyens et d’outils permettent d’assurer la transition vers le digital / transformation digitale.

    Un premier niveau autour des solutions existantes :

    • Traçabilité du produit tout au long de la Supply Chain avec des applications digitalisées comme l’IoT qui permet de récupérer des données de production, mais également des solutions de tracking en temps réel au cours du transport.
    • Sécurité du patient, protection du business et image de l’entreprise renforcées par la mise en place d’un système de sérialisation, qui assure l’unicité et l’authenticité du produit.  Alternative proposée : des solutions d’Intelligence Artificielle telles que le machine learning permettent de mieux capter/améliorer les signaux de demandes (big data, demand sensing…).
    • L’industrie 4.0 offre déjà des solutions innovantes au service de la réactivité, productivité et compétitivité, comme la cobotique pour réduire la pénibilité des opérateurs, ou l’usine modulaire pour rendre plus flexible la production.

    Pour aller plus loin : certaines technologies pointues développées grâce à la digitalisation peuvent permettre un facteur différenciant, à inscrire dans l’offre de services :

    • La Blockchain apporte des perspectives prometteuses en termes de traçabilité tout au long de la chaîne, de vérification d’authenticité des médicaments, de partage de données via des systèmes interopérables, d’automatisation de procédures.
  • Les voies pour prendre part à la lutte contre le réchauffement climatique sont nombreuses, et se déclinent en plusieurs périmètres et typologies d’action :

    Le transport

    • Optimiser les flux de transport (distances parcourues, choix des modes, fréquence de livraison, …), pour maîtriser le coût à la fois environnemental et financier
    • Faire le choix de moyens de transport alternatifs
    • Optimiser les taux de chargement (éco-packaging ou revue colisage pour réduire les volumes d’emballages, mutualisation fournisseurs pour favoriser le remplissage camion, …)
    • Certifier son réseau de distribution avec des partenaires éco-responsables

    Prestataire certifié référencé par l’ADEME depuis 2022, Citwell sait vous accompagner dans la conduite de démarche FRET 21®, qui s’adresse aux donneurs d’ordres des transporteurs et vise à réduire l’empreinte carbone du réseau de distribution.

    L’organisation end-to-end

    • La recherche de réduction d’impact carbone peut tout à faire s’étendre à un périmètre plus large, comme une organisation. C’est le cas du Bilan Carbone®, qui permet de poser le diagnostic des émissions de CO2 d’une organisation au travers d’un ensemble de critères, et de prendre conscience des enjeux environnementaux au sein même de l’organisation.
      Citwell étant référencé par l’ADEME comme prestataire certifié à la démarche Bilan Carbone®, nous pouvons vous accompagner dans ce diagnostic mais aussi dans les recommandations et suivi de plan d’action, afin de cibler une réduction des émissions de CO2 sur tout ou partie du périmètre de votre organisation.

Quelques références du secteur

Bayer

Aguettant

bioMérieux

Go Button
My title
My Subtitle

Guillaume Allemand

Responsable Pharmaceutique & Chimique

Guillaume Allemand a plus de 25 ans d’expérience en conseil service client, supply chain et performance des opérations. Dans sa carrière, il a réalisé de nombreux projets de transformation des opérations industrielle et logistique, du diagnostic à l’accompagnement à la mise en œuvre des solutions. Avant de fonder Citwell, Guillaume a piloté la supply chain d’une usine de Pfizer, et participé au développement des activités sciences de la vie chez Gemini Consulting et IneumConsulting.

EnglishFrench