Agroalimentaire

Premier secteur industriel en France avec 170 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015 et 4ème exportateur mondial, l’industrie agroalimentaire doit relever des défis de taille pour rester compétitive.

Les défis du secteur

Des variations environnementales
En savoir plus
Des changements climatiques qui impactent directement la qualité et la quantité des récoltes, et de ce fait les cours des matières premières.
• Un épuisement des ressources naturelles qui ne cesse de s’accélérer.
• Une fertilité naturelle des sols menacée, des réserves d’eau en diminution et polluées, une biodiversité qui s’érode.
Des évolutions réglementaires et concurrence
En savoir plus
• Une traçabilité et une sécurité des produits qui se renforcent pour rassurer le consommateur.
• Une réglementation environnementale de plus en plus contraignante en matière de rejets
• Une volatilité des prix qui s’installe de manière durable sur les marchés des matières premières agricoles.
• Une globalisation toujours croissante des échanges de produits alimentaires en parallèle d’un fort développement des circuits courts pour réduire la facture énergétique et rapprocher les producteurs des consommateurs
Des ruptures technologiques
En savoir plus
• Une révolution du secteur agroalimentaire avec l’avènement des bio-technologies (amélioration de qualité des produits, adaptation des plantes à des conditions difficiles ou encore résistance aux maladies et aux ravageurs…) et le développement des produits bio.
• Un traitement des données alimentaires désormais possible grâce au Big Data, offrant un avantage concurrentiel considérable aux industriels.
Des évolutions démographiques
En savoir plus
• Une population mondiale croissante entrainant une augmentation de la demande alimentaire
• Des surfaces cultivables limitées par une urbanisation grandissante
• Une nouvelle forme de concurrence avec la montée en puissance des entreprises des pays émergents

Vos problématiques et nos solutions

  • Le marché très promotionnel et parfois météo-sensible, la variabilité de la demande et l’exigence croissante des clients en matière de nouveaux services complexifient la demande.

    Le S&OP permettra de :

    • Cadrer et mieux maîtriser la complexité de la demande en incluant les différents secteurs de l’entreprise (Achat, Supply Chain, Marketing, Vente…)
    • Adapter une politique de services performante en cohérence avec les attentes des clients et adaptée aux différents canaux de vente (Export, Restauration Hors Domicile, GMS, industriels, grossistes, détaillants…), et qui permet d’optimiser l’EBITDA des familles de produits
  • La synchronisation sur l’ensemble de la chaîne même en cycle court, l’importance de la traçabilité et les contraintes des stocks entraînent le besoin d’optimiser les flux logistiques et le BFR.

    • Homogénéiser les pratiques de planification et faciliter la visibilité entre donneurs d’ordre via le Demand Driven MRP
    • Optimiser les stocks, les transports et la qualité de service grâce au Schéma directeur Supply Chain
    • Piloter et optimiser les transports amont, interco et aval via l’offre Transport, et la mise en œuvre d’un TMS (Transport Management System)
    • Déterminer les produits et niveaux de stocks qu’il serait judicieux d’avoir sur un emplacement donné et ainsi limiter les pertes avec l’optimisation des stocks 
    • Améliorer l’efficience dans les entrepôts (service, productivité, mécanisation) par l’offre E-commerce et logistique et la mise en oeuvre d’un WMS
  • La variabilité de la qualité et des quantités disponibles qui peuvent être affectées par une gestion complexe des processus de désassemblage et des flux poussés par des achats stratégiques.

    • Anticiper la variabilité liée aux MP tout en prenant en compte votre stratégie d’achat avec le processus S&OP
    • Optimiser les stocks va vous apporter une meilleure réactivité et vous permettre d’être plus efficace sur les nomenclatures inversées
  • Le besoin d’optimisation des capacités de production par rapport à la demande et de la planification dans des cycles opérationnels très courts rend impératif l’efficience de la production.

  • La sécurité alimentaire, la traçabilité accrue ainsi que la diversification de l’offre et de la visibilité de ses lancements sont des paramètres à prendre en compte pour satisfaire pleinement le client.

    • Travailler sur l’optimisation de la gamme permettra de la rentabiliser efficacement grâce notamment aux outils d’analyses des coûts complets
    • Considérer les attentes du consommateur, prendre les décisions sur les différentes familles de produits en assurant un accroissement de l’EBITDA et en définissant les plans d’actions nécessaires pour y répondre via le processus S&OP et la mise en place d’un APS (Advanced Planning System) et DRP
  • S’ouvrir aux évolutions du marché, prendre en compte les spécificités locales et culturelles et contrer le poids des distributeurs, est possible grâce à une démarche flexible et personnalisée.

    L’offre Conduite du changement va permettre d’accompagner l’entreprise devant les multitudes de changements organisationnels qui vont s’opérer à tous les niveaux dans les années à venir.

Quelques références du secteur

Go Button
My title
My Subtitle

Antoine Bernard

Responsable  Agroalimentaire

Associé dirigeant du cabinet, Antoine est spécialisé dans le management des opérations Supply Chain et intervient principalement dans différents secteurs comme le retail, la distribution spécialisée et l’agroalimentaire. Il travaille actuellement avec les entreprises Lesieur, Jacquet Brossard et EastBalt après avoir mené des missions dans le groupe BEL.

EnglishFrench